Puppy-Play

Le jour où j’ai rencontré Nicolas et son Puppy

Un jour en regardant la télévision locale, j’ai aperçu un reportage sur la Gaypride et lors de ce reportage une interview sur le vif de Mr. Leather Rhône-Alpes, alias Nicolas dans le vraie vie, qui promenait son Puppy. Je dois avouer que j’ai trouvé cela très chou. Je me suis dit voilà quelque chose de nouveau et branchée que j’aimerais documenter. Quand on réalise un reportage notre goût personnel ne doit pas être relevant. J’essaye d’être neutre et de découvrir le sujet avec simplicité et respect. J’ai contacté Nicolas et on a fixé un rendez-vous. Il est venu avec son compagnon, et tous les deux m’ont expliqué comment fonctionne ce jeu de rôles.

Ils m’expliquent qu’en principe c’est une chose qu’ils font pour décompresser et pour se libérer du stress, lâcher prise et baisser la garde et essayer d’être plus spontané et moins mécanique. Mais chaque personne est différente et chaque individu a besoin de démarches différentes de son voisin pour pouvoir y parvenir. Pour eux, ce jeu est normal et relaxant. Qui sommes-nous pour les juger? Normalement la communauté gay est créatrice de mode et des trends que seront peu après remodelés et adaptés par les hétérosexuels quand ils auront déjà inventé une autre chose encore plus trendy.

J’ai fait ce reportage en me faisant invisible en utilisant de la lumière qui était disponible et en suivant le programme conçu par Nicolas et son Puppy Hadès. Ils se sont dévoilés à moi car ils pensent que c’est à eux d’ouvrir les portes pour la nouvelle génération et trouver une façon d’établir un respect mutuel. En étant adultes ils ont le droit de choisir ce qu’ils aiment être sans devoir toujours se cacher.

Je ne pouvais pas faire ses photos sans chercher à comprendre ce qui se passe entre eux dans ce jeu et ce que cela représente pour eux. J’ai donc posé quelques questions pour comprendre :
Qu’est-ce le Puppy-play ?

Nicolas : Le Puppy-play, ou Dogtraining c’est un jeu de rôles qui se joue entre deux ou plusieurs personnes, un espace de détente, de lâcher prise, de relaxation ou se mélange des caresses, des jeux, des punitions et des récompenses, des caresses, des câlins et parfois du sex. Ce jeu n’a pas de règle, ou plutôt les règles se créent entre les intervenants, en fonction des envies et des attentes.

Comment se lancer dans le Puppy-play ?

Nicolas : Rien de plus simple, il suffit de se mettre à quatre pattes et d’éteindre son cerveau pour juste laisser sortir les réponses instinctives aux stimulations envoyées par le handler.

Pourquoi avoir accepté de faire les photos?

Nicolas : Le Puppy-play devient de plus en plus à la mode. De plus en plus de jeunes se lancent et de plus en plus de handlers se lancent également. Bien entendu, les médias s’y intéressent et plusieurs reportages sont sortis sur cette pratique. Malheureusement, il y a eu plusieurs exemples de reportages que j’ai trouvé relativement tronqués. Trop tourné vers le sexe ou réellement pathologique, j’avais envie de montrer que l’on ne peut pas réduire le Puppy a un objet sexuel, ou à un mec tordu qui n’est plus capable de vivre une vie normale et parle de lui a la troisième personne. Je voulais montrer la relation, le lien, entre un Puppy et son maître. Pour moi, cette relation c’est l’essentiel, je la construit, je la mérite. J’apprivoise mon Puppy, j’apprends à le connaître à le ressentir. Je prends soin de lui, je l’aime, je le détends, le récompense aussi. Ce jeu nous permet de naviguer également dans plusieurs univers, et c’est je pense ce qui fait son succès. Comme je disais tout à l’heure, il n’y a pas de règles, donc on peut y mettre du BDSM, de la discipline, du fétiche, du sexe, etc… Le principal est de s’amuser et de se détendre tout en n’oubliant pas, et c’est le rôle du handler, que ça reste un jeu…
Quels sont les accessoires de jeu nécessaires à cette pratique ?

De mon point de vue, il n’est pas nécessaire d’accessoiriser pour pouvoir faire du Puppy-play, mais à partir du moment ou le Puppy doit se projeter mentalement il peut trouver dans certains accessoires une aide précieuse.
Donc ces accessoires peuvent l’aider à matérialiser physiquement la silhouette du Puppy comme un masque et une queue, ou encore à limiter ses capacités de préhension comme les pattes de chien qui l’empêcheront d’utiliser ses mains et donc de limiter le côté humain. Ensuite, chaque personne peut trouver une tenue qui lui convient, avec des couleurs, des matières qui lui parlent, comme le latex, le Néoprène, le cuir etc. Bien entendu, il y a aussi un côté séduction dans le Puppy-play, le Puppy veut plaire à son handler et du coup, le Puppy se rend sexy, raison pour laquelle on voit souvent des Puppies en sous vêtements ou dans des tenues mettant en valeurs leur corps.
Quelle est la réaction des gens lorsqu’ils vous voient jouer en Puppies ?

Pour être honnête, les occasions de nous voir en publique sont assez rares. Lors de la Pride, en général les réactions sont positives. Les gens sont amusés et veulent être pris en photos avec nous. Lorsque nous participons à une sortie de groupe, les réactions sont les mêmes, plutôt positives même si de temps en temps on ne peut pas éviter de tomber sur des mauvais coucheurs qui se fendent parfois d’une réflexion désobligeante. En Suisse, nous dirons que l’esprit est parfois plus étriqué qu’à l’étranger. Les bars gays de Paris, Bruxelles ou Berlin qui voient affluer régulièrement des mecs en latex ou en cuir aident bien sûr à ouvrir un peu les esprits et c’est bien ce qui manque un peu en Suisse. Après, ce que je remarque est que la plupart des gens agressifs sont ceux qui mettent une connotation sexuelle sur ce qu’ils voient. Ont ils eux-mêmes un problème dans leur sexualité ? C’est une piste à creuser.

En ce qui me concerne, lorsque je décide de jouer je ne cherche pas forcément du public, donc même si nous décidons de sortir en forêt nous cherchons un coin tranquille …

 

Contact me
L ' o e i l
F - S t o p   a n d   E r o s   A w a r d
M a i s o n   d e s   A r t i s t e s   F r
L i f e F r a m e r   C o l l e c t i o n